Souvenirs

En essayant de mettre de l’ordre dans mon grenier, sous une pile de couvertures poussiéreuses, je suis tombé sur un vieil album. Noir aux lettres ternies par le temps.
Je l’ouvre, poussé par la curiosité. Un son spectral s’en suit. Je manque de respirer. Ce sont des photos de ma jeunesse. Cinquante ans que je n’y avais plus pensé.
Je souris, et commence à le feuilleter. Mais une photo attire mon attention : je me vois affublé d’un blouson de cuir noir et d’un foulard rouge, les cheveux longs et gras, le regard torve, entouré d’une bande de motards.
Les souvenirs se frayent un chemin dans mon esprit. MA bande de motards. Des garçons issus de l’assistance sociale. Comme moi. Des jeunes qui ne craignaient pas de risquer leur vie et de faire usage de la violence pour survivre. Comme moi.
Des éclats successifs remontent en mémoire, jusqu’alors enfouis dans l’oubli et grâce à la richesse de l’eau ayant coulé sous les ponts. Mais aujourd’hui, mon passé me saute à la gorge et me rattrape. J’étais loin d’être un saint, en colère contre le monde et irrespectueux de tout. Au fur et à mesure que j’avance dans l’album, les souvenirs qui s’en échappent me font monter les larmes aux yeux. Ce n’est pas par nostalgie, mais la honte et le dégoût de ce que j’ai pu être.
Puis, un dernier souvenir me vient à l’esprit. Celui de ma rencontre avec cet homme qui allait changer ma vie. Je l’ai croisé alors que j’allai accomplir l’acte suprême envers un autre être humain. Il est arrivé, m’a parlé avec douceur, comme personne auparavant, et a réussi à trouver le chemin de mon cœur.
Cinquante ans. Depuis ce jour, il ne m’a plus quitté, devenant un guide sur le chemin de la vie. La cloche retentissante me tire de mes rêveries. Il est onze heures, nous sommes dimanche.
Il est temps pour moi de prêcher mon sermon aux fidèles.

Lahierokarantine |
Poesisophie |
Incarnatus |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Learohardleana
| Theyoungboy
| 1jour1chapitre