Paranoïa

Je suis dans le parc pour ma promenade quotidienne. C’est le moment que je préfère. La journée est douce et agréable, je me sens bien. Perdu dans mes pensées, je heurte un obstacle et manque de chuter. Je me redresse.
Mon voisin se tient devant moi.
 » – Monsieur Dubois ! Quelle surprise ! Voilà un moment que je ne vous avais plus vu. Comment allez vous ?
- Ma foi je me porte bien, il n’y a pas à se plaindre. « 
Après les salamalecs d’usage entre bons voisins, voilà que ma concierge arrive et engage la conversation avec nous, rappelant de manière un peu gauche de ne pas oublier ses étrennes d’été.
Elle est aussitôt coupée par le facteur, venu me trouver spécialement pour me remettre un courrier. Il est accompagné par mon frère qui lui indiquait le lieu très probable où je devais me trouver.
A peine ont-ils le temps de finir que le boucher se précipite vers moi et me donne un os à moelle qu’il gardait exprès pour mon chien.
Tous parlent à la fois : mon voisin, ma concierge, le facteur, mon frère et le boucher. Je me remets en marche. Ils me suivent. J’accélère. Ils ne me lâchent pas. Je cours. Ils font de même !
Soudain, je suis retenu par le bras. Une silhouette blanche s’adresse à moi.
« - Que faites vous dehors à une heure pareille ?!
- Ah vous tombez bien ! Tirez moi de ce guêpier ! Des gens me poursuivent !
-  Mais … nous sommes seuls et les lieux sont clos … »
La silhouette me regarde, interloquée. Semblant soudain comprendre mon problème, elle se retourne et s’exclame : « Infirmière, monsieur Dubois a rechuté ! Amenez moi la camisole, vite ! »

Lahierokarantine |
Poesisophie |
Incarnatus |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Learohardleana
| Theyoungboy
| 1jour1chapitre