Morceaux choisis

Les pièces étalées sur mon établi, je suis concentré. Assembler des puzzles est une passion que j’ai depuis le jardin d’enfant. Toutes ces formes s’imbriquant pour ne former plus qu’un tout, une unité. Cette image me ravit.
Je me vois comme un architecte dans l’assemblage de son édifice, oeuvre parmi les œuvres élaborant son génie dans l’art et le respect de mère nature.
Je me vois tel un paysagiste, minutieux et appliqué, piquant les mauvaises herbes pour ne conserver que les meilleures, l’harmonie.
Mais là je sèche. Ma mère me disait toujours : « Commence par les coins et les bords que diable ! Le reste suivra tout seul ! »
Je me suis exécuté, mais j’en arrive au point crucial du jeu, le milieu.
Alors délicatement, je sélectionne les pièces une à une, avec amour et tendresse. Je prends mon temps. Et, gentiment, je parviens à terminer.
Je me sens tel un chef de file d’un pays en détresse, ayant réussi à le remettre en ordre à la sueur de mon front. Tout va bien. La fierté me gagne. Mais du haut de mes quarante ans je garde les pieds sur terre.
Prenant la boîte, je relis les instructions attentivement. Et là ma fierté ne connaît plus de limite.
J’ai mis plus d’un an à faire ce puzzle, faisant ainsi mentir l’estimation inscrite sur la boîte : « Pour 8 à 10 ans ».

Lahierokarantine |
Poesisophie |
Incarnatus |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Learohardleana
| Theyoungboy
| 1jour1chapitre