House of Strange

État du Michigan aux États Unis. Nous sommes en 1870 à soixante-dix kilomètres de la frontière canadienne. Dans une pénéplaine isolée de toute civilisation.
Au sein de ce paysage sauvage s’élève une bâtisse imposante, aux murs blancs, immaculés. Sa pureté fait corps avec celle de l’environnement, vierge de toute autre trace de l’homme. Rien d’autre.
Ici, le silence est maître mot, mais l’étrange est sûrement le terme le plus juste. Surtout en ce qui concerne les occupants de la bâtisse. Deux populations distinctes. Deux codes vestimentaires. Deux manières comportementales. Pour une seule et même atmosphère, l’étrange. Les bleus et les blancs.
Parlons des bleus, cette population caractérisée par son mutisme, ne communiquant qu’avec des gestes parfois confus, désordonnés ou des marmonnements imperceptibles semblables à des borborygmes. Se déplaçant lentement, le regard vide d’émotion, impénétrable, ils semblent dénués du sens commun.
Ils constituent en cela les dominés.
Parlons maintenant des blancs, population beaucoup moins représentée mais largement plus active, caractérisée par sa démarche sûre et ordonnée, leur expression plus évoluée. Ils sont aux bleus ce que le roi est à ses sujets. Leurs souverains. Ils les dirigent, les guident, exercent maintes actions de commandement sur eux.
Ils constituent en cela les dominants.
Chacun est à sa juste place et rien ne peut y changer. Parfois, des cris ou des heurts se font entendre, aussitôt calmés par les blancs. Brutalement. Dans cette bâtisse, beaucoup y entrent pour ne plus en ressortir, comme emprisonnés par ses murs capitonnés.
Ainsi se caractérisait l’atmosphère de la Maison de l’Étrange, plus connue sous le nom d’Asile Kalamazoo.

Lahierokarantine |
Poesisophie |
Incarnatus |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Learohardleana
| Theyoungboy
| 1jour1chapitre