L’agoraphobe

Des souvenirs les plus lointains que je possède en mémoire, j’ai toujours été agoraphobe. Je n’ai jamais réussi à supporter la foule. J’essaie pourtant de cohabiter avec à certaines occasions, lorsque je n’ai vraiment pas le choix. Mais ma crainte maladive finit par me rattraper : dès qu’il y a le moindre mouvement, je m’esquive. Instantanément. Je me réfugie dans les lieux les plus insolites, là où même le son de son écho ne peut m’atteindre.
La nuit est le moment que je préfère : il n’y a pas âme qui vive. Dès lors, je donne libre court à ma folie et ose les actes les plus inavouables. Je n’hésite pas à me mettre à nu, à faire corps avec l’espace et l’occuper, à me mettre sur le devant de la scène. Mais à la moindre brindille qui craque, je disparais.
Grand voyageur, j’ai visité tous les pays du monde. Oui, tous. J’évite cependant les mégalopoles, de toute manière je ne pourrai presque jamais m’y établir voire y exister. Les déserts chauds et secs sont mes lieux favoris, où la quiétude rivalise avec la beauté des lieux. Mais il suffit qu’un grain de sable ne bouge, emporté par le vent, pour que je fuis.
L’agoraphobie gâche les plus beaux moments qu’une vie puisse offrir … mais étrangement je ne m’en plains pas. Je suis plutôt un solitaire. En revanche, j’arrive à m’exprimer et surmonter mon fléau lors des moments de méditations ou de recueillements, là où ma présence ne dérange personne.
Même si j’ai parfois une corpulence lourde ou pesante, je parviens à me déplacer beaucoup mieux et plus habilement que le plus fin des félins.
Tout cela est étrange me direz-vous. Pas lorsque l’on porte mon prénom : je m’appelle Silence.

Lahierokarantine |
Poesisophie |
Incarnatus |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Learohardleana
| Theyoungboy
| 1jour1chapitre